PRATIQUES SOCIALES PREVENANTES ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PRATIQUES SOCIALES PREVENANTES ?

Message  maloe31 le Ven 2 Mai - 13:25


  • RESTE-T-IL UNE PLACE POUR DES PRATIQUES SOCIALES PREVENANTES ? Intervention de Bruno Percebois, médecin de PMI (Protection Infantile et Maternelle) au CNAEMO (Carrefour National de l’Action Educative en Milieu Ouvert) de février 2008.




Ce texte questionne les fondements d’une éthique professionnelle et resitue la loi de prévention de la délinquance et d’autres mesures visant le travail social et la santé dans un contexte national et international de biologisation des problèmes sociaux ("en finir avec l’excuse sociale de la délinquance").



Deux petits extraits ci-dessous :



"RESTE-T-IL UNE PLACE POUR DES PRATIQUES SOCIALES PREVENANTES ?

Remarquons que poser la question en ces termes c’est déjà faire l’hypothèse que celles-ci seraient menacées ou concurrencées par des pratiques qui elles ne le seraient pas. Evidemment cette question concerne aussi la prévention qui peut aussi être ou ne pas être prévenantes.

........................................................



« On pourrait résumer cela en disant qu’il y a aujourd’hui une tendance à considérer les personnes en difficultés non pas comme des personnes ayant des problèmes que la société doit prendre en compte et contribuer à régler MAIS comme des personnes posant un problème à la société.

DU COTE DU TRAVAIL SOCIAL CELA DONNE

1) une tendance nette à accumuler des données nominatives sur les personnes dans les administrations sociales et à constituer des fichiers dont la justification au regard de la loi informatique et libertés pourrait être interrogée (nature des données, durée de conservation, droits d’accès et utilisation à d’autres fins que celles pour lesquelles elles ont été recueillies sont autant de problèmes). L’informatique est venue démultiplier la rapidité de constitution de ces fichiers et les possibilités d’interconnexions .

2) De plus en plus les professionnels sont considérés non plus comme au service des usagers, à partir de leur compétence ou expérience, chargé d’offrir, de proposer des prestations un accompagnement, mais comme au service des autorités, chargés d’exercer ce contrôle sur les populations posant problème ou bien instrumentalisés à des fins extérieures au travail social.

On pourrait parler d’une sorte de basculement du sens du travail social.

La loi sur la prévention de la délinquance de ce point de vue est une caricature. »

.........................................................



« TOUT CELA VIENT EVIDEMMENT PERCUTER LES PRATIQUES DES PROFESSIONNELS

Il y a aujourd’hui une nette tendance à encadrer l’activité des professionnels et leurs pratiques:la tendance à la standardisation est là, référentiels, protocoles, grilles scores, peuvent aider à réfléchir une situation, mais ils sont de plus en plus utilisés comme outils diagnostiques avec automatisations des décisions. Cela menace à terme les compétences et les qualifications puisqu’il s’agira de remplir des grilles.

On a même des endroits ou le temps passé avec un usager est comptabilisé. L’accompagnement et l’empathie sont malmenés... »


_________________
"L'humanité aura à répondre un jour, non seulement des actes des hommes malfaisants, elle aura aussi à répondre du silence des gens de bien." Jean Rostand
http://collectif-nrv.over-blog.fr/
avatar
maloe31

Messages : 224
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 37
Localisation : cfpes-cemea d'aubervilliers

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum