Vote à la majorité mortifere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vote à la majorité mortifere

Message  jeremie le Jeu 17 Avr - 11:36

Salut,
Jeremie
Etudiant travailleur social à l'IMF de Marseille

Concernant la coordination en particulier et la démocratie en général :

Si nous voulons construire un mouvement le plus large possible pour gagner, il faut être le plus inclusif possible et essayer de tendre vers le plus de consensus possible. Certaines regions ne sont pas encore tres mobilisées et nous constatons une divergence sur l'appreciation de la loi (l'abroger ou l'amender).
Vouloir dégager des majorités à tout prix me parrait contre productif à ce stade du mouvement.
Je crois que nous sommes tous et toutes d'accord que cette loi, c'est un scud dangereux qui peut remmettre en question nos statuts de travailleurs sociaux en formation pour faire de nous de la chaire à canon à bon marché, de nous dresser les un/es contre les autres.
Il me semble qu'une revendication du type "moratoire de la loi" permettrait de se fixer un objectif commun après charge à chacun de le mettre à sa sauce.
Par ailleurs, je pense qu'il faut unifier tous les travailleurs sociaux dans des revendications communes dans un premier temps. Vouloir opposer educ et ME, boursier est assedic ne nous menera nul part.

mes propositions, deux revendications simples :
- moratoire dur la loi
- de vrais moyens pour étudier dans de bonnes conditions (pas un étudiant à moins du seuil de pauvreté !)

Sinon, concernant la coordination, je comprend que le bordel du 11 enerve et que ce genre de cadre peut parraitre improductif. Mais c'est en se frottant aux divergences des autres, en polémiquant qu'un mouvement se construit. sachons etre un peu patient, nous devrions avoir une reflexion et un savoir faire concernant les dynamiques de groupe théoriquement, non ?
Alors mettons les en pratique !
- bureau de coordination/d'ag elue en debut de reunion
- ordre du jour
- liste de parole
- commission de travail
etc.

voila
bises
jérémie

jeremie

Messages : 5
Date d'inscription : 16/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vote à la majorité mortifere

Message  Opé le Jeu 17 Avr - 14:27

ouais...sauf que ces revendications, globalement, sortent d'assemblée générales;....et que y a pas moyen que les délégués de montpellier, par exemple, votent sur un moratoire de la loi...parce qu'on est pas mandaté pour...
Quand au consensus...est ce qu'on pourra tous être d'accord?

Opé

Messages : 126
Date d'inscription : 01/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

d'accord ou pas...

Message  jeremie le Jeu 17 Avr - 14:50

Concernant le moratoire effectivement, cela doit venir des AG, il n'étais pas question que cette proposition soit discuté en coordination avant.

Sur le fait d'être d'arriver à un accord : le but n'est pas d'être d'accord sur tout mais de rechercher un consensus sur des revendications minimales.
Si nous n'y arrivons pas, alors le gouvernement aura gagné.

jeremie

Messages : 5
Date d'inscription : 16/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Quelles revendications nationales ?

Message  Luc Limoges le Jeu 17 Avr - 19:22

La question des revendications portée au niveau national est effectivement très importante. Lors de la coord' de limoges, je pense qu'il faut qu'on essaye de sortir avec un appel national à la mobilisation où nous ne parlons plus de constats mais de revendications.
C'est clair, ça ne va pas être facile !!!
Je crois pourtant profondement que les différentes revendications portées par les AG ne sont pas antagonistes mais peuvent au contraire s'articuler.
La gratification non seulement remet en cause nos formations mais en plus, elle revet un caractère totalement inégalitaire. Elle ne répond en aucun cas à la précarité étudiante.
Conscient que le bras de fer qui commence à s'engager risque d'être périlleux, il faut que les revendications portées au niveau national doivent pouvoir être entendues par l'ensemble des acteurs et avant tout par les étudiants.
Pourquoi ne pas revendiquer alors la gratification pour tous (public/privé, quelque soit le niveau de diplôme, le régime, financé par un organisme indépendant...) et si la DGAS et le gouvernement ne sont pas capables de répondre à ces revendications, alors qu'ils financent une allocation pour tous les étudiants !!!
Dans tout les cas, toutes les décisions prises à la coord' doivent être démocratiquement votées. Le vote à la majorité me semble effectivement un peu rigide... il faudra que l'on s'adapte de manière à ressortir avec des positions les plus consensuelles possibles... Bref tout reste à faire !!!

Luc Limoges

Messages : 6
Date d'inscription : 09/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La majorité n'est jamais mortifère.

Message  Didier Z. le Jeu 17 Avr - 19:59

Les propositions de Jérémie, à savoir une revendication sur un moratoire de la loi et de vrais moyens pour étudier sont intéressantes. Elles pourront faire l'objet d'un vote en AG si celles-ci semblent dégager un consensus.
Pour autant, ces propositions ne constituent pas actuellement la base revendicative des étudiants en travail social de la région PACA. Il s'agit donc bien de propositions de revendication émises à titre personnel.

En ce qui me concerne, je ne pense pas qu'un moratoire sur la loi soit possible. En effet, la loi n° 2006-396 pour l'égalité des chances date du 31 mars 2006 et seul un article, le n° 9 nous intéresse (celui sur la gratification des stages).
Bien que cette loi soit plus que discutable dans son ensemble, il me paraît plus que utopique de revendiquer sa suspension aujourd'hui sur la base d'un seul article ne posant problème qu'aux étudiants en travail social. Il n'y a que Chirac pour promulguer une loi et l'abroger le même jour !

Dans le cas de l'espèce qui nous intéresse, c'est le décret n° 2008-96 du 31 janvier 2008 qui soulève le problème. En effet, ce décret étend l'obligation de verser une gratification aux stagiaires des associations, qui incluent donc les structures sociales et médico-sociales.

Ce décret étant applicable depuis le 1er février 2008 (un jour après sa parution), je ne pense pas qu'il faille vouloir revendiquer son abrogation. Xavier Bertrand a indiqué que cette gratification était bien une prise en compte de la précarité des étudiants. Je crois pour ma part qu'il faut en prendre acte et exiger que l'état mette en place les moyens de son application. Il convient ensuite de souligner son caractère inégalitaire entre les différentes catégories d'étudiants en travail social : public/privé - niveau III (ES-ASS-EJE-ETS) et niveau IV (ME) ; d'exiger ensuite son application égalitaire, quitte à saisir la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité) sur le caractère discriminatoire des dispositions de ce décret, d'autant plus que ce décret est le texte d'application de la loi sur l'égalité des chances. Enfin, si le sinistre du travail prétend que cette gratification est une prise en compte de la précarité des étudiants, il faudra lui demander si 398,13 euros sur la durée d'un stage (et non pas sur l'année scolaire) est une réelle prise en compte de cette précarité ou n'est pas juste un "foutage de gueule".

Les revendications devraient donc porter sur la parution d'un nouveau décret annulant les effets inégalitaires de celui du 31 janvier 2008. Ensuite, puisque le sinistre du travail a reconnu la précarité des étudiants, il faut revendiquer la mise en place d'un revenu minimum pour tous les étudiants en travail social.

C'est clair qu'il faut nous unir derrière des revendications communes. Je trouve personnellement que tous ceux qui se sont retrouvés à Montrouge ont fait un travail formidable (moi-même je n'y étais pas) et je pense que cette coordination nationale peut [doit] aboutir à ce consensus que nous appelons tous de nos voeux.

Aucune voix ne doit rester inaudible et chacun doit pouvoir exprimer son point de vu, même s'il va à contre courant de la pensée dominante (surtout s'il va à l'encontre de cette pensée : n'est-ce pas là la base de la démocratie ?). Ensuite, lorsque tout le monde a pu s'exprimer, c'est la majorité qui doit l'emporter. La majorité ne peut donc pas être mortifère.
avatar
Didier Z.

Messages : 43
Date d'inscription : 03/04/2008
Localisation : IMF Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Majorité avec du contenu

Message  jeremie le Jeu 17 Avr - 20:55

Nous allons rentrer dans un debat philosophique et remonter aux grecs si ca continue !
Il n'y a pas de majorité abstraites, il y a des majorités de circonstance.
C'est un outil pour avancer, pour construire, pour continuer malgré des divergences à avancer.
C'est une arme à manier avec prudence pas la solution miracle, pas l'alpha et l'omega de la democratie.
C'est l'instrument des celles et ceux qui se connaissent bien, qui ont acquis une confiance mutuelle, une histoire en commun.
Croyez vous que ce serait une avancé pour notre mouvement si une majorité de 55 % se degageait sur une position importante ?

Sur le moratoire, il peut se focaliser sur le decret.
Cette revendication a le merite de fixer un objectif clair : geler le decret en attendant que la négociation se mette en place et ca me semble permettre un unité nécessaire, ce qui ne me parrait pas contradictoire avec ce qui est proposé précédament.
Mais comme le dit mon camarade qui a écrit avant, c'est mon avis personnel et je le partage.

jérémie

jeremie

Messages : 5
Date d'inscription : 16/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Débat

Message  Didier Z. le Ven 18 Avr - 18:03

Suite de ce débat passionnant …

Je ne vais pas en remettre une couche sur le débat philosophique sur la démocratie, car je ne saisie pas complètement la pensée de Jérémie. Pour autant, je serais heureux que nous reprenions cette conversation, à l’occasion, lorsque nous nous rencontrerons.

Pour ce qui est du moratoire sur le décret, à l’instar d’un moratoire sur la loi, je crois que d’un point du vu revendicatif, ça me semble être une position très compliquée à défendre. En effet, un décret est un texte réglementaire édité par un ministre afin de rendre applicable une loi. En l’occurrence, il s’agit là de compléter le décret n° 2006-1093 du 29 août 2006 pris pour l'application de l'article 9 de la loi n° 2006-396 du 31 mars 2006 pour l'égalité des chances.

Le décret qui nous intéresse est le 2008-96 du 31 janvier 2008. Or ce décret n’est pas spécifiquement destiné à inclure les étudiants en travail social dans le champ d’application de l’article 9 de la loi sur l’égalité des chances. Il étend à aux formations des travailleurs sociaux le principe de gratification, mais il fixe aussi d’autres dispositions réglementaires. Ces dispositions réglementaires sont déjà entrées en application. Si on obtenait la suspension de ce décret (chose à laquelle je ne crois pas du tout), cela aurait pour conséquence de rendre caduque toutes les conventions de stages signées depuis le 1er février 2008 ; y compris les conventions de stage des étudiants de l’enseignement supérieur qui ne relèvent pas du travail social. Je ne suis pas sûr que ces derniers apprécient !!!

C’est pour cela que je maintiens que seul la revendication d’un nouveau décret corrigeant les effets pervers de celui du 31 janvier 2008 est une position cohérente. A partir de là, la question porte sur les dispositions que nous souhaitons voir prises en compte dans ce décret :
- Désignation du/des financeur(s)
- Désignation d’un organisme indépendant chargé de la gestion des gratifications
- Extension au secteur public

Ces trois revendications sont pour moi la base minimum. Ensuite nous pouvons effectivement réfléchir à l’extension des ces gratifications à tous les étudiants en travail social (je pense au moniteur éducateur en particulier, mais aussi aux autres). Sur ce dernier point, je rejoins l’analyse de Jérémie : « Vouloir opposer éducateur spécialisé et moniteur éducateur, boursier et ASSEDIC, ne nous mènera nulle part. »

Et pour ma part, ceci est ma position et moi aussi, je la partage !
avatar
Didier Z.

Messages : 43
Date d'inscription : 03/04/2008
Localisation : IMF Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vote à la majorité mortifere

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum