Gratification des stages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gratification des stages

Message  Didier Z. le Mar 15 Avr - 16:13

http://didier-z.blogspot.com/

Suite à la mobilisation du 26 mars 2008, devant la préfecture de Marseille, des délégations d'étudiants ont été reçues par le cabinet du préfet ainsi que par la DRASS/PACA.

Ces deux autorités ont promis de rendre compte à leur autorité de tutelle des difficultés des étudiants en travail social pour trouver des stages suite au décret du 31 janvier 2008 sur la gratification des stagiaires.

Si dans l'esprit la gratification des stagiaires est une avancée et une "petite" prise en compte de la précarité des étudiants, il n'en demeure pas moins que son application n'a pour le moins pas été anticipée. Il en ressort que la poursuite des formations est remise en cause. En effet, compte tenu de l'inertie des pouvoirs publics, les structures sociales et médico-sociales se sont radicalisées et ont clairement annoncé qu'elles suspendaient l'accueil de nouveaux stagiaires tant que l'état n'éclaircirait pas les modalités de financement.

L'état a bien tenté de refiler le bébé aux collectivités territoriales, mais là aussi, il semble que l'issue soit incertaine. Ainsi l'Assemblée des départements de France (ADF) affime "qu'il n'est pas question pour les départements de financer sur leurs deniers cette mesure qui relève de la formation initiale des travailleurs sociaux". Les régions, quant à elles, n'envisagent pas non plus de mettre la main au porte monnaie. Ainsi, l'Association des régions de France s'interroge sur la volonté de l'état à vouloir laisser pourrir la situation. (1)

Du coup, la mobilisation des étudiants est entrain de se radicaliser. Ainsi la coordination nationale qui s'est créée autour de cette problématique lance un appelle à plusieurs mouvements d'étudiants. La plus symbolique sera sans doute l'initiative du collectif Grand Nord qui envisage de rallier Lille à Paris à pieds, le 30 avril 2008.

Au-delà, nous pouvons nous interroger sur les réelles motivations de l'état. Nicolas Sarkozy l'a annoncé, le secteur social n'entre pas dans le champ de ses priorités. Il a été en effet plus prompt à trouver 15 milliards d'euros à offrir aux plus aisés alors qu'il semble plus délicat de trouver les 20 millions d'euros nécessaires au financement de ces gratifications.

______
(1) Voir ASH n° 2553 du 11 avril 2008. p. 31-32.
avatar
Didier Z.

Messages : 43
Date d'inscription : 03/04/2008
Localisation : IMF Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum