lettre au président de la république

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

lettre au président de la république

Message  bérangère le Lun 31 Mar - 19:30

A l'attention de Mr le président de la république Française.

Suite au décret n°2008-96 du 31 janvier 2008 relatif à la gratification et au suivi des stages en entreprises, les étudiants du travail social de Lorraine tiennent à vous informer qu'un mouvement de grève s'est mis en place depuis le mardi 18 mars 2008.

Nous reconnaissons que cette mesure représente un progrès quant à la précarité des étudiants ainsi que la revalorisation du statut des stagiaires. Cependant, ce décret comporte certaines incohérences et plus encore, il nous met, étudiants du travail social dans l'impossibilité d'effectuer les stages nécéssaires à la validation de nos diplômes.
Les secteurs associatifs et privés se trouvent désormais dans l'obligation de gratifier les étudiants effectuant un stage de plus de 3 mois de 398,13€. Cependant, les structures se trouvent dans l'incapacité d'assumer cette nouvelle charge financière puisqu'aucune dotation n'a été alouée pour l'application de ce décret. En l'état actuel des choses, cette mesure a entrainé un refus massif des terrains de stage.

Ce décret stipule que la gratification doit être appliquée aux stagiaires accueillis dans les structures associatives et privées. Ainsi, les structures publiques se voient excempt de ce dispositif. Nous considérons que cette mesure est contraire au principe d'égalité des chances pour tous les étudiants et d'exemplarité pour la fonction publique.

De plus, ce décret concerne uniquement les formations de niveau III, soit les éducateurs spécialisés, les ETS, les EJE et les AS. Ces restrictions des champs de formation semblent s'opposer aux valeurs promulguées par cette loi. Les étudiants des filières ME, TISF, AVS,...sont donc exclus de ce dispositif.

Ce décret stipule que le versement s'effectue de l'employeur au stagiaire. Nous nous questionnons sur notre statut en devenir. Ainsi nous craignons que nos missions évoluent et s'éloignent des exigences actuelles attendues d'un stagiaire.

Sur ces différents constats, il nous semble nécéssaire de modifier ce décret et d'y appliquer les revendications suivantes:
- Permettre la concrétisation du décret par un déblocage de fonds par les pouvoirs publics.
- Que la gestion de la gratification des stagiaires du social ce fasse par les centres de formation plutôt que par les terrains de stage pour éviter une confusion de statuts (distinction salarié/étudiant en formation)
- Une gratification pour l'ensemble des travailleurs socaux en formation indépendemment de leur statut et ce dans le secteur privé ET public.

Dans un souci de démocratie, une assemblée générale se tient tous les jours au sein de notre établissement afin de voter ou non la reconduction de la grève. Celle-ci nous permet d'engager certaines actions nécéssaires à l'application de nos revendications. Nous avons effectués les démarches suivantes:
- Une manif. a été voté et organisée le 26 mars 2008 à Nancy pour exprimer nos revendications. Elle a rassemblé les étudiants de l'IRTS de Lorraine (Nancy et Metz), et de Dijon et Reims.
- Nous avons pris RDV avec la DRASS le 25 mars 2008.
- Une lettre a été remise au président du sénat afin d'obtenir un RDV.
- De nombreuses lettres ont été envoyé aux conseillers généraux, au président du Conseil Régional et aux députés de Lorraine afin de les informer.
- Un RDV avec la préfecture a été fixé au 26 mars durant la manif.
- Nous avons contacté les étudiants de plusieurs organismes de formation afin d'homogéneïser notre mouvement.
- Les structures accueillants les étudiants en formation ont pris la décision commune de refuser l'accueil de nouveaux stagiaires. Cependant, elles s'inquiètent de ce décret et se joignent à notre mobilisation.
- La direction de l'Institut de formation de Lorraine nous soutient dans toutes nos actions.

Au niveau national, les syndicats d'étudiants, d'employeurs et de salariés ont été sensibilisés par nos démarches et soutiennent aussi ce mouvement.

Nous espérons par ces actions faire réagir les pouvoir publics face à nos interrogations et craintes et obtenir des solutions concrètes.

Dans l'attente d'une prise de décision de votre part, nous vous prions, Mr le Président de la République Française, d'accepter nos salutations distinguées.
avatar
bérangère

Messages : 21
Date d'inscription : 17/03/2008
Age : 31
Localisation : nancy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum