La "mise au placard" des quinqua dans le TS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La "mise au placard" des quinqua dans le TS

Message  Kevin Boucard le Mar 25 Mar - 13:54

Bonjour à tous.

Je profite de l'existence de ce forum pour déplorer les manoeuvres ingrates et humiliantes qui sévissent dans tous les secteurs et à présent dans celui du TS.

En effet, tout le monde sait de près ou de loin que des phénomènes de "mise au placard" existent, à savoir qu'une personne qui dérangerait trop un service serait placé sur un poste destiné à l'isoler. Quand ce n'est pas une procédure de licenciement qui l'attend...

De fait je tenais à vous faire partager une expérience qui me touche de près. Il y a 3 ans, Mme P. rédacteur à l'Aide Sociale à l'Enfance du ConseilGénéral de Charente Maritime était victime d'un accident du travail (accident de la circulation sur le trajet du retour au domicile). Plusieurs mois d'arrêt de travail lui ont été nécessaires (1 an je crois). A sa reprise de fonction, Mme P. devait faire parallèlement face à la maladie de son mari: ils apprenaient que M. P. était affecté d'un cancer aux poumons avec métastase au cerveau. Les mulitples thérapies de M. P. ont nécessité une présence accrue à ses côtés de Mme P. qui a donc multiplié les arrêts de travail pour soutenir son conjoint dans les démarches administratives et les tâches de coordination entre les différents services médicaux (dossier perdu, pièces manquantes pour les assurances etc.). Bref le calvaire.

Dans son service Mme P. était trés reconnue pour ses qualités d'employée: conviviale, efficace, mais dérangeait l'inspecteur de la délégation territorriale (le supérieur) du fait de la connaissance de ses droits et de son refus persistant et légitime d'être ok avec les idées de ce dernier. Pour exemple, cet inspecteur souhaitait suspendre sans l'avis du juge les prestations d'une famille qui ne rendait plus visite à son enfant placé depuis 2 ans. Mme P. lui rappelait que cette décision appartenait au Juge et que sans celle ci elle ne se permettrait pas de participer à la suspension.

Après de terribles épreuves, et plusieurs interventions chirurgicales sur son conjoint, Mme P. profite d'une accalmie dans la maladie de celui-ci pour reprendre son travail. Seulement, le pression au travail est telle que Mme P. tombe en dépression majeure. Elle est à nouveau en arrêt maladie. Sous traitement et suivie par un psychiatre, ils travaillent ensemble à un rétablissement. 6 mois plus tard, Mme P. est à nouveau apte à reprendre sa fonction. A son retour au service, elle constate que son bureau est occupé par sa remplaçante qui n'est autre que la personne qu'elle dirigeait dans le service de rédaction. Mme P. n'a plus de bureau, et son chef de service lui indique qu'elle peut s'installer au poste de standard. Mme P., était serétaire à l'origine et a déjà occupé un tel poste. Peu à peu, elle se rend compte qu'elle n'exerce que des tâches subalternes par rapport à ce qu'elle réalisait auparavant. Au retour de vacances de son inspecteur de délégation, elle demande des précisions concernant ce nouveau poste auquel elle est affectée et pour lequel elle n'a pas de fiche de poste. Celui-ci lui rétorque qu'il n' y a pas de fiche de poste, mais qu'elle doit effectuer les tâches de secrétariat. Mme P., n'en revenant pas, demande alors:"Et lorsque les personnes appellent, je me présente comme auparavant, mme P. rédacteur ASE?". Réponse:"...Non cela ne serait pas une bonne idée..." Mme P. pleure. Elle reçoit un peu de compassion de ses collègues, mais celles ci ne peuvent pas faire grand chose. Mme P. se sent humiliée, et ne comprend pas ce que le système ou plutot cet inspecteur lui inflige après tous les drames qu'elle a vécu en 3 années. Ces derniers événements se sont déroulés en février 2008.

Depuis Mme P. est à nouveau retombée en dépression.
Une de ses collègues TS a donné sa démission ne cautionnant pas un tel traitement.
Les syndicats pourtant contactés demeurent muets. Où sont ils?

D'après mes recherches sur les droits qu'auraient un service de la fonction publique territoriale à exercer une telle mesure, il se trouve que cette mutation dans l'intérêt du service n'est légale que si elle fait suite aux dysfonctionnements dûs aux absences répétées de Mme P. mais aussi à la condition que cette mesure n'entraîne aucun reproche et si le nouveau poste ne comporte aucun déclassement. Ce qui n'est pas le cas. D'autant plus que Mme P. n'a pas été prévenue de la mesure. Son droit aurait été de consulter son dossier avant l'application de cette mesure, donc elle aurait dûe être informée de son droit: "tous les fonctionnaires civils et militaires, tous les employés et ouvriers de toutes administrations publiques ont droit à la communication personnelle et confidentielle de toutes les notes, feuilles signalétiques et tous autres documents composant leur dossier, soit avant d'être l'objet d'une mesure disciplinaire ou d'un déplacement d'office, soit avant d'être retardés dans leur avancement à l'ancienneté" (Arrêt du Conseil d'Etat, section du 30.12.2003 précité).

Cette histoire est véridique c'est celle d'une personne qui m'est trés chère.

Elle soulève beaucoup de questions notamment celles du rôle des syndicats mais aussi celui du sens de la solidarité au sein des services où opèrent un certains nombres de travailleurs sociaux.

Kevin Boucard

Messages : 63
Date d'inscription : 25/02/2008
Age : 37
Localisation : Bordeaux/Bergerac

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La "mise au placard" des quinqua dans le TS

Message  boubou le Mar 25 Mar - 19:37

c'est quand meme fou qu'on en arrive la maintenant! apres si les discussions "pacifiques" n'aboutissent pas, elle peut les coller au prud'hommes, j'en suis sure! et pourquoi pas tenter une procédure civile pour harcelement??

la question se pose quand meme du pouvir des superieurs ce n'est pas normal que personne ne proteste a part la personne qui a demissionné;
avatar
boubou

Messages : 97
Date d'inscription : 15/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

une nouvelle qui énerve

Message  jean marie vauchez le Mar 25 Mar - 19:47

Voici ce que j’ai trouvé dans la rétrospective 2007 de notre canard local :

« Le CER de .. ……. fermé discrètement

LeCentre Educatif Renforcé (CER) de .. …… a été fermé en toute discrétion
en mai. Ce centre, qui a accueilli 400 jeunes en grande difficulté et
qui avait fait ses preuves, a été fermé faute de financements.
Des tensions internes ainsi qu'une plainte déposée contre …………., directeur
du centre, ont été les déclencheurs des difficultés du CER.
62 personnes ont été licenciées sans qu'aucune action n'est été entreprise pour défendre les emplois. »


Il faut dire que ce type de nouvelle m’énerve beaucoup, car ce CER était à
quelques km de chez moi. Le village en question m’est cher, ne serait
ce que parce que j’ai une part de ma famille qui en est originaire. Je
n’habite pas loin, ai travaillé longtemps juste à côté, ce qui dans le
jura veut dire dans le même quartier. Or je n’en ai rien su ! A la
rigueur ce n’est pas grave de rester discret mais tout de même, 62
personnes licenciées sans d’autre forme de procès, vous en connaissez
beaucoup des secteurs où ce genre de choses sont possibles ?


Ce petit texte est un extrait d'un petit article que j'ai rédigé début 2008. Lorsque des éducs se retrouvent pour parler représentativité il est bon qu'ils ait connaissance de ce genre de nouvelles.

jean marie vauchez

Messages : 74
Date d'inscription : 06/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

mise au placard

Message  pabou le Mar 25 Mar - 22:34

Je suis l'intéressée - mes collègues, travailleurs sociaux, m'ont proposé de faire une heure de grève, certains sont allés voir le délégué pour faire part de leur désapprobation. je n'ai pas donné suite car j'avais besoin de calme pour reprendre mes esprits. Je ne sais à cette heure quelle est la procédure que je vais choisir : soit je reviens dans mon poste et je dois à nouveau affronter ma hiérarchie - soit je choisis un autre poste, mais à quelle distance et dans quel lieux, d'autant que j'appréhende les regards interrogatifs des autres (en raison de mon âge :50 ans), soit je poursuis en justice car j'ai ressenti cet entretien avec une violence inouïe et que je me sens très mal au regard de cette sanction déguisée.

pabou
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "mise au placard" des quinqua dans le TS

Message  émilie lemay le Mer 26 Mar - 12:04

salut jean marie

ce post est déjà sur le forum, s'en est suivie toute une discussion sur les moyens d'action, de résistance que nous (TS) possédons, à savoir : aucun..

effectivement, manque de réseau (quoique... avec la dynamique sur la gratification on ne peut plus douter que les personnes peuvent se mettre en réseau... je dis ça comme ça... bon ok je suis provoc mais quand même...)

mais surtout manque de représentativité pour se faire entendre...

j'en ai parlé au sein de la promo de cet évènement, du secret professionnel partagé... suite à un doc sur les émeutes de banlieue... je ne supportais pas qu'il n'y ait pas de réactions... et cela n'en a pas davantage suscité...

et en fait, c'est à se demander s'il n'y a pas de charité chrétienne là dessous : les éduc font leur BA en "choisissant" ce métier après faut pas trop leur en demander sauf si ça touche à leur porte monnaie,

et encore, la remise en question de la convention 66 s'alignant à terme sur la convention 51 (qui est une pure merde !! excusez moi du mot mais pour avoir bossé sous celle-ci, on voit la différence...) ne suscite pas, encore une fois, de réaction... ou alors ces actions ne sont suffisamment accessibles...

j'ai vu ton dernier post sur les débats infructueux des coordiantions qui se montent et se démontent dans le travail social... ainsi que la réaction d'alexandre de w...

je pense que ce qui compte, en tous cas c'est ce que j'ai appris en psycho-sociale, comme quoi ça sert la fac... c'est de nous mettre ok sur un problème

je pense que ce problème est la question de la représentativité donc créons une organisation qui nous permette d'être représentatif... j'entends déjà alexandre dire mais de quelle représentativité on parle ?... je me trompes ?

le syndicat de la magistrature représente 30% des magistrats, cela ne lui pose pas de pb...
l'ANAS représente combien d'ASS ?

et alors ?

alors on fera avec ceux qui veulent être représentés et défendre les droits et les intérêts des TS en formation et TS professionnels

solidairement

émilie lemay

Messages : 349
Date d'inscription : 24/10/2007
Localisation : bergerac (24) aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La "mise au placard" des quinqua dans le TS

Message  Alexandre de WAURE le Mer 26 Mar - 12:52

émilie lemay a écrit:
je pense que ce problème est la question de la représentativité donc créons une organisation qui nous permette d'être représentatif... j'entends déjà alexandre dire mais de quelle représentativité on parle ?... je me trompes ?

le syndicat de la magistrature représente 30% des magistrats, cela ne lui pose pas de pb...
l'ANAS représente combien d'ASS ?

et alors ?

alors on fera avec ceux qui veulent être représentés et défendre les droits et les intérêts des TS en formation et TS professionnels

solidairement

Bonjour.

Il semble que nous soyons plutôt en phase sur ce sujet...
Représenter quoi ?... n'est pas un souci quantitatif mais qualitatif...
Et pour ma part, il s'agit de représenter des positionnements issus de notre terrain professionnel, à titre de professionnel (du moins c'est ainsi que je souhaite faire reconnaître ma parole, en soutenant cet engagement, revendiqué par la CPO, que
« [...] Toute pratique professionnelle engage une conception de l’homme [disons de l'humanité] et de la société qui va à l’encontre d’une soi-disant neutralité technique de l’acte professionnel. »...)

Autrement dit, ce n'est pas parce que l'on se prétend professionnel que l'on doit se défausser de notre part d'humanité et de notre responsabilité de citoyen !

Pour ma part, c'est en ce sens que je m'investis plus au sein d'Objectif -> O.N.E.S. qu'en toute autre type d'organistation...
Cependant, si chacun voit midi à sa porte, il faut bien se permettre d'échanger afin de se donner la possibilité de faire front commun...

Alexandre de WAURE

Messages : 56
Date d'inscription : 17/11/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://www.ones-fr.org/spip.php?rubrique12

Revenir en haut Aller en bas

Re: La "mise au placard" des quinqua dans le TS

Message  Kevin Boucard le Mer 26 Mar - 13:08

Ne trouvez vous pas que les syndicats auraient un rôle à jouer dans cette affaire (désolé si je reviens au sujet de départ)? C'est que je m'interroge sur la démarche qu'il faudrait suivre dans ce type de circonstances. Accepter ce sort sans rien dire? Dépenser son temps et son énergie pour se battre (seul???)?

Voilà n'hésitez pas à faire partager vos avis, car tout porte à croire que ce genre de procédé tend à se généraliser.

Solidairement

Kevin Boucard

Messages : 63
Date d'inscription : 25/02/2008
Age : 37
Localisation : Bordeaux/Bergerac

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La "mise au placard" des quinqua dans le TS

Message  émilie lemay le Mer 26 Mar - 14:52

une question humaine oui, une question d'éthique aussi et de valeurs...
avez-vous créé une charte à objectif ones ?

ceci dit, je pense, comme le dit Kévin, que la démarche associative ne suffit pas pour défendre les droits et les intérêts des TSF et TS

Pour moi, la démarche associative permet essentiellement de débattre, d'essayer de faire évoluer les représentations, elle n'a pas vocation à défendre les droits de...

Ces deux démarches apparaissent donc complémentaires. Par ailleurs, la démocratie représentative (statut étudiant) et la démocratie participative (TS) sont également complémentaires...

Quand j'ai lancé ce débat pour ou contre la gratification, je me positionnais d'un point de vue éthique et non pas contre la mobilisation :

la gratification : c'est quoi ? pour qui ? pourquoi ? et pour quoi faire ?

il me semble que ces questions permettent d'ouvrir des portes si nous parvenons à entrer en négociations avec les ministères concernés afin de revaloriser nos formations, nos statuts de stagiaire du TS...

il s'agirait de faire des propositions qui viennent de nous pour une fois et qui ne nous tombent pas du ciel...

j'ai voulu faire ce post pour que nous essayons de regarder de côté plutôt que de tout se prendre chaque fois en pleine face !

oui 400 e dans la poche ça fait du bien mais s'il s'agit de gratifier notre apport aux établissements d'accueil : avoir sous notre responsabilité 20 gamins : je trouve cela inacceptable..

la charte d'accueil serait une garantie / à cette gratification,

les centres de formation je n'y crois pas, certains directeurs en profiteraient pour nous mettre encore plus la pression sur les résultats attendus en tant que technicien du social...

s'il s'agit de compensation financière comme le dit mathieu alors exigeons-les dès le premier jours du stage...

j'ai voulu ce débat pour que nous puissions réfléchir en amont, un petit peu, et profiter réellement de la mobilisation des uns et des autres qui réagissent de manière très individualiste du fait du contexte socio-politico-économique...

à ceux qui ont cette conscience politique depuis un certain temps et qui arrivent à l'ouvrir, j'en appelle à l'élargissement du mouvement et de la réflexion autour de tout ce qui touche au travail social et aux statuts étudiants (les universitaires peuvent nous rejoindre sur un certain nombre de points.)

je voulais resituer un peu ma position par rapport à ce post pour ou contre ... je suis provoc, vous commencez à le savoir... mais je suis satisfaite du débat qui a pu s'opérer...

continuons à nous mobiliser, à sensibiliser et à réfléchir avant d'agir...

solidairement

émilie lemay

Messages : 349
Date d'inscription : 24/10/2007
Localisation : bergerac (24) aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La "mise au placard" des quinqua dans le TS

Message  Alexandre de WAURE le Mer 26 Mar - 15:08

A Kevin: les syndicats ont leur rôle à jouer dans ce genre d'affaire, ainsi que les organisations professionnelles, que ce soit pour faire front à ce genre de pratiques, comme pour fournir un soutien aux professionnels concernés (l'ANAS a bien interpellé la ministre de l'intérieur, en s'appuyant sur le levier du secret professionnel, lorsque des policiers allaient chercher des expulsables directemenent auprès de leurs ASS, dont certaines ont connues la garde à vue... Cela c'est du concret).

... et pour cela faut-il que les professionnels s'y investissent, ne serait-ce qu'à la mesure de leurs valeurs... professionnelle et humaine.

(je prône le qualitatif, or, pour les amateurs de chiffres, il y aurait environ 7 pour cent de syndiqués pour informer et défendre l'ensemble des salariés du social. En 2005, il me semble que l'ANAS, institution reconnue s'il en est, comptait environ un millier d'adhérents pour environ 38 000 ASS, soit 2,6 pour cent d'adhérents, si ces données ne sont pas erronées. Cela paraîtra peu à certains, mais ce n'est pas insignifiant pour autant... A titre indicatif, les ES seraient environ au nombre de 55 000, à ce qu'il semble.).

Il reste donc que des institutions syndicales ou professionnelles, nous en avons (pour les ES, nous essayons d'y travailler), et que pour les dynamiser, le chiffre ne suffit pas, il faut aussi y insuffler de la valeur (humaine, si possible) afin de pouvoir s'y retrouver, et il s'agit donc d'échanger en vue d'articuler nos actions en cohérence avec nos valeurs...

Alexandre de WAURE

Messages : 56
Date d'inscription : 17/11/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur http://www.ones-fr.org/spip.php?rubrique12

Revenir en haut Aller en bas

Re: La "mise au placard" des quinqua dans le TS

Message  Kevin Boucard le Mer 26 Mar - 16:06

Le constat est clair et univoque: trop peu de personnes se retrouvent syndiquées. Quand je lis les chiffres que tu nous transmets Alexandre, je suis convaincu qu'ils sont trés proche de la réalité.

Redonner de la force, de la vigueur, de l'indépendance aux syndicats actuels en s'y inscrivant massivement dès notre entrée dans le monde professionnel, c'est, j'en suis persuadé, réinsuffler des valeurs, de l'energie pour défendre les intérêts de tout travailleur.

Dans d'autres pays, comme en Suède, le syndicalisme et le professionnalisme vont de paire! 2 salariés sur 3 sont syndiqués.

Mais comment se fait-il que la citoyenneté soit autant désertée??? Comment faire pour désengluer les pensées individualistes contemporaines? Bon nombre de personnes, parce qu'elles ignorent comment faire, ou parce qu'elles sont trop découragées par la tournure des événements sociaux et sociétaux ne s'engagent pas. Chacun a le nez dans sa merde, et...pourvu qu'on nous foute la paix pour résoudre et gérer notre propre merde.

La vie associative, en mon sens, est exaltante, enrichissante, socialisante même, c'est un outil quotidien de notre travail. Mais ça ne sera jamais un syndicat!!!

Le syndicat tel qu'on l'a conçu et créé à ses origines étaient un contre pouvoir à la toute puissance des patrons ou des pouvoirs politiques. Force est constater qu'il ne pourra plus peser longtemps (pèse t il encore?) face aux diverses mesures touchant nos valeurs, les anéantissant, les marginalisant....

Dans la situation que j'ai voulu vous faire partager, je déplore cependant que, bien que la personne en question soit syndiquée (ou l'ait été), bien qu'elle ait contacté sans réponse depuis deux mois son syndicat, mais à un échelon supérieur que les gens qu'elle côtoie, strictement aucune action, aucune conversation ne lui a été proposée...et là même si on est peu ou pas assez, donc comme tu dis alexandre manque de valeurs etc,eh bien, personne n'a tendu la main...comme si cette situation après tout, peut être qu'elle était normale. Pas besoin de lever le petit doigt. Est ce ça le syndicalisme??? Vous plaisantez??? Comment voulez vous convaincre les gens de réinvestir ces appareils avec une telle représentativité? Est-on sûr de pouvoir tenir ses responsabilités en tant que personnes syndiquées à savoir d'aider et tendre la main à Pierre, Paul et Jacqueline, même si on les connait pas, et si on est massivement inscrit dans l'appareil?

Il faut vraiment redonner le goût, la vigueur et l'allant de ce que doit être un Syndicat. On y va pas pour se libérer de son poste, pour se glander les sonnettes! Faut vraiment redonner à cet instrument l'aura et l'authenticité des débuts.

Solidairment

Kevin Boucard

Messages : 63
Date d'inscription : 25/02/2008
Age : 37
Localisation : Bordeaux/Bergerac

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La "mise au placard" des quinqua dans le TS

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum