Et maintenant?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Et maintenant?

Message  maxou le Dim 8 Juin - 21:02

Fatigués



Quand la fatigue nous gagne!


Ma tête et mes idées sont embrumées.
Trop pleins d'une dose de tension que j'ai du mal à chasser.
J'me réveille en pleine nuit, j'suis pourtant fatigué.
Mais soudain prend conscience d'une des réalités.
A côté, j'suis entrain de passer à côté.
A fond sur le mouvement nous allons nous oublier.
Arrêtons nous un moment pour écouter et penser.
Qu'est ce que cela nous aura apporté?


En externe, une bonne occasion de nous organiser,
de voir qu'ensemble on pouvait encore rêver.
Rien que pour le temps que cela aura duré.
Mais de manifestations en AG, de rendez- vous en blocages,
nous nous sommes usés.
Peu à peu la fatigue nous a gagné,
amenant avec elle tension et découragement.


Nous avons également l'impression d'avoir pris une grosse dose de lucidité,
encore une fois les interêts de certains ne font pas le bien commun.
On remarquera également que peu à peu,
le morosité des uns a eu plus d'écho que l'espoir de certains.
Nous luttons contre des puissances injustes et cyniques,
violentes et oppressantes mais pour autant presque inatteignables.


A moins peut- être de prendre sa canne et son sac de pèlerin,
de bien se vêtir, de prendre des forces et de partir.
Partir à la rencontre de nos pairs,
certainement plus prèsents parmi ces « petites gens »,
ces personnes isolées, délaissées et également depuis longtemps fatiguées.
Eux aussi y ont peut- être cru un jour.
Tous ces gens qui voudraient tant qu'on parle d'Amour...


Mais réforme, croissance, Progrès, CAC 40, crédits sont autant de maux,
autant de douleurs, autant de personnes oubliées, sacrifiées,
cela aurait de quoi écoeurer, révolter.


Mais n'oublions pas le pourquoi nous sommes là avant d'être las.
Pour moi, il est inconcevable d'entendre parler de frontières, de supériorité,
de dominants et dominés.
Nous sommes le produit de ce qui nous a fait,
des êtres façonnés par notre histoire, notre perception, nos sentiments et notre propre réalité.
Mais que vaudrait cela sans l'Autre également produit de d'une histoire plus ou moins noire.
Pour autant, ne quittons pas le chemin, chacun suivant le sien.
De quel droit influer sur celui du voisin?


Nous avons également dans ce mouvement repris conscience


  • ou pris position autour- de valeurs: respect, tolérance, interdépendance et liberté.
La liberté, celle là même que ces « dominants » tentent de nous ôter
et qui nous a fait lutter.
On a juste voulu s'en redonner les clés.
Mais la porte d'accès semble parfois bien verrouillée,
plus le droit de passer, vous n'êtes pas invités au banquet,
pas plus que ces millions de personnes qui gisent sur le bas côté.


Toutes ces personnes que nous voulons accompagner,
tous ces enfants, adolescents et adultes que certains disent « aider »
tout en continuant de parler de sanction et de punition en guise d'autorité.
Espérons que pour le coup, ils auront un peu capté.


Le pouvoir en place nous écarte peu à peu de l'objectif premier
que nous nous étions fixés. Par sa perversité,
nous empêche de lutter, de nous rassembler,
de nous tenir la main pour pouvoir exister.
Il nous donne la misére pour restreindre à la survie,
celle qui pousse les uns et les autres qu'à subsister,
à être inquiets, à ne plus pouvoir poser sa pensée,
à pouvoir rêver...
Mais le rêve, nous l'avons déjà faits,
ce que certains nomment Utopie ne serait autre que cette réalité rêvée?


Pour moi, il est rempli de tolérance, de respect, d'écoute, de partage,
d'entraide, de bienveillance, de considération, de tendresse pour chacun.
Ils nous ont écarté, retrouvons nous derrière ces valeurs partagées.
Montrons leur qu'ils se sont eux- même trompés,
qu'on pourrait y arriver.


Pour moi, l'humanité est une chaîne de Vie- et pas une chienne de vie!-
où chacun et chacune sont des maillons interdépendants et inséparables.
Mais pour que cette chaîne fonctionne,
il faut y mettre de l'huile et pas de la ferraille,
il faut y mettre de l'air et pas du gaz,
il faut y mettre plus d'Amour que de violence.


Aujourd'hui, si nous voulons inverser la tendance,
il va falloir faire preuve de douceur, de bienveillance, de tendresse
et cela bien au delà de nos rangs.
Convaincre nos pairs reviendrait à conserver le systéme,
prôner le respect et le droit à la différence qu'elle qu'elle soit,
ravivrons peut- être la chaîne.


Cassons les murs, abattons les cloisons, scillons les bareaux,
dans les faits et dans la forme, ils ont tenté de nous mettre dans des prisons.
Et pour eux, ils les ont voulu dorées.
Contre l'exclusion, prônons la réunion.
Mais cette réunion débute par le fait de se rendre compte
de ceux qu'on a autour de soi, au quotidien
et que l'on ne regardent pas.
De regarder avec des yeux désembrumés ceux qui sont proches,
de quitter nos espoirs totalitaires pour construire par étapes,
sur ces liaisons cassées de remettre un peu de strap.


Nous voulons rassembler alors rapprochons nous,
donnons nous la main et partageons le chemin.
Lâchons notre souffrance, vidons nous de notre violence,
donnons nous une chance.


Mais à lutter, j'ai l'impression de m'être oublié, de m'être moi aussi écarté.
Ecarté de mon chemin, de m'être rendu aveugle sur les liens purement humains.
Quand jour après jour, la souffrance vient grignoter du terrain.
Mais j'ai besoin de soutien.
En tant qu'humain, moi aussi j'ai besoin d'une main,
de partager des bouts de chemin.
Et aujourd'hui je le verrais bien rempli de fraîcheur et de tendresse,
de bonheur et d'ivresse,
pour pouvoir accueillir et moi même réunir.


J'ai failli oublier le principal,
et ça j'avoue que ça fait mal.
Trop occupé à revendiquer, j'ai presque l'impression de plus pouvoir m'exprimer.
Mais au fond de moi je sais,
j'ai envie d'aimer, de partager.
Et aujourd'hui, mon petit chemin arrive à un carrefour,
j'y vois d'autres personnes qui peu à peu se rejoignent,
et pour un bon bout de temps je ne veux pas qu'ils s'éloignent.


Mais pour cela il va falloir lutter.
Mais pour ça j'ai besoin d'aimer.
Mais pour ça j'avais besoin d'avouer...


J'serais bien pour dire,
abandonnons la violence
et adoptons cette chance.
Et toi qu'est ce que t'en penses?






Maxou, le 8 juin 2008.


Ca va mieux en le disant...

maxou

Messages : 49
Date d'inscription : 16/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et maintenant?

Message  Annelise le Lun 9 Juin - 19:22

...waouh...




...I love you I love you I love you...


...Bravo...

...sunny sunny...

_________________
"Qu'est ce qu'un vrai rêve ? C'est un rêve qui dure. Et s'il dure c'est qu'il s'est marié. Marié avec la volonté"
avatar
Annelise

Messages : 74
Date d'inscription : 22/03/2008
Age : 33
Localisation : Irtess Dijon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum